Eureka Street – Robert McLiam Wilson

4 août 2008 at 10:59 Laisser un commentaire


Ne jugez jamais un livre à sa couverture.

C’est un précepte auquel j’essaie de me conformer. Lorsque je choisi un livre, je parcours le quatrième de couverture en diagonale et je lis une page – souvent la première – pour voir si j’ai envie de la tourner pour lire la suite. C’est un beau principe mais il est biaisé par nature: qu’est qui me pousse à ouvrir tel bouquin plutôt que tel autre? La couverture. On tourne en rond.

Ce préambule pour vous demander de ne pas vous arrêter à la photographie tristounette qui illustre le livre. Elle ne lui rend ni hommage ni service. J’avais eu ce bouquin en main plusieurs fois avant qu’on ne me l’offre. Je suppose que je ne l’avais pas acheté parce que rebuté par la couverture et le sujet. Je déteste les histoires qui me dépriment. Quoi de plus déprimant que des Irlandais célibataires qui dépensent le peu qu’ils ont à se beurrer dans des pubs minables pendant que la ville vit au rythmes d’attentats d’une guerre à laquelle je n’ai jamais rien compris?

Ne jugez jamais un livre à sa couverture.

Tout d’abord ce livre est très drôle. Au point d’éclater de rire en lisant certains passages. Avez-vous déjà éclaté de rire seul devant votre bouquin dans un train de navetteurs? C’est réjouissant, légèrement embarrassant et singulièrement trop rare! L’auteur a une plume qui me rappelle le Nick Hornby de Haute Fidélité. Les petits évènements de la vie quotidiennes deviennent burlesques. Les dialogues entre les protagonistes sont tendres ou acérés selon leurs affinités réciproques. McLiam-Wilson aime ses personnages. On  sent qu’ils sont pour lui plus que de simples rouages de son roman. Ils sont le roman.

Ensuite, ce livre est passionnant. L’attachement de l’auteur à ses personnages est contagieux. Nous avons envie de tourner la page pour savoir ce qui va arriver au pauvre Jake-le-coeur-brisé ou à Chuckie-plein-aux-as.

Enfin, ce roman vous force à regarder les actualités avec un autre oeil. L’action se déroule dans un Belfast accoutumé à la violence entre les groupes terroristes religieux. A l’imbécilité de l’administration. A l’horizon économique plat. A l’absurdité d’une guerre qui tient plus du banditisme que de la politique. Quasiment tous les personnages principaux ont grandi dans cette atmosphère de plomb. Tous ont une histoire qui est plus ou moins intimement aux évènements d’Irlande du Nord.

Au milieu du roman se trouve un court chapitre qui, bien que servant d’axe au récit, pourrait être lu indépendamment du roman. Il évoque la cruauté et l’absurdité d’un attentat terroriste. Ces quelques pages m’ont vraiment bouleversé. On est tellement gavé d’image d’attentats (Gaza: combien de morts aujourd’hui?) qu’on en oublie les vies brisées, la bêtise des auteurs. L’inutilité.

En tant que Belge, j’ai également beaucoup aimé la partie qui se déroule aux États-Unis. La manière dont les médias US relatent le problème irlandais est vraiment similaire à ce que les Français comprennent de nos problèmes communautaires. Il faut en retenir que les médias simplifient toujours! Rappelez-vous en lorsque vous verrez la prochaine émeute. La prochaine élection qui tourne mal, … Les médias font ce qu’ils peuvent mais on ne peut résumer l’histoire des frictions d’une nation en quelques images. Bien que nos problèmes soient nettement moins tragiques, ils ont des racines aussi anciennes. Comme en Irlande, nous payons des frustrations séculaires, des incompréhensions entretenues par quelques factions. Comme en Irlande, nous voulons juste profiter de la vie.

Un très beau cadeau.

Publicités

Entry filed under: Livres. Tags: , , .

Les idées Attentats

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 9 autres abonnés

Archives

Blog Stats

  • 44,282 hits

Paperblog


%d blogueurs aiment cette page :