La prison fait la force

17 décembre 2008 at 19:24 Laisser un commentaire


La dérive sécuritaire à l’origine de bien des fantasmes de  nombreux scénaristes est en train de prendre un virage dangereux en Belgique.

Plusieurs incidents récents deviennent franchement inquiétants. Il y a quelques mois, des anciens membres des CCC ont été mis en détention pour des raisons qui paraissent bien floues. Une journaliste partageant leurs idées politiques a également été emprisonnée. Le parquet n’a jamais communiqué de faits significatifs justifiant leur emprisonnement.

On a fait un grand battage autour de la menace terroriste sans convaincre réellement du potentiel dangereux des personnes concernées. Leurs avocats notent que le dossier ne mentionne pas clairement ce qui leur est reproché.

Le pire est l’attitude du ministre de la justice Jo Vandeurzen dans le dossier concernant un des meurtriers de la jeune policier. Suite a une erreur administrative, l’assassin aurait du être libéré. C’est la loi. Quelque soit la raison qui se dissimule derrière l’erreur administrative et quelques soient les faits reprochés. Or, le ministre a ordonné au directeur de la prison de le garder jusqu’à ce que on ait trouvé autre chose à lui reprocher afin de le garder « légalement » en taule. Vandeurzen a tout à fait le droit de demander qu’on fouille dans les tiroirs pour voir si on peut trouver quelques chose. C’est ce qu’on appelle le droit d’injonction positive du ministre de la justice. Par contre, dans un état de droit, rien ne permet de conserver quelqu’un en détention sans base légale. C’est un des fondements de la démocratie. Si ces pratiques choquent à Cuba et en Chine, elles mettent en péril nos libertés en Belgique!

Mais il y a pire. Bien pire. Y penser me donne des frissons dans le dos. Si la presse a fait part de ses doutes dans les deux premiers dossiers, il n’y a pratiquement rien eu sur l’attitude de Vandeurzen et du directeur de la prison. Que le prévenu soit un salopard n’excuse  en rien l’attitude de ces deux responsables. C’est une question de principe démocratique. L’approche des élections, la nature des faits, le respect des victime ne justifient en rien que la loi ne soit pas respectée. Si la loi est mal faite, il faut la changer. Après un débat démocratique sanctionné par les élus. Dans le cas contraire, qui nous protègera contre une détention arbitraire parce que notre voisin au bras long ne supporte plus les aboiements de notre chien  la nuit.

Le silence assourdissant de la presse peut signifier deux choses: soit ils approuvent les agissements du ministre fédéral (et c’est grave) , soit ils n’y trouvent rien d’anormal (et c’est terrifiant).

Publicités

Entry filed under: Humeur. Tags: , , , , , .

Je trouve que c’est une bonne idée La liberté

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 9 autres abonnés

Archives

Blog Stats

  • 43,987 hits

Paperblog


%d blogueurs aiment cette page :