Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil – Haruki Murakami

13 mai 2009 at 10:04 6 commentaires


Indispensable à votre bibliothèque

Indispensable à votre bibliothèque

Quel beau livre! Je me retrouve un peu idiot à poser un commentaire forcément insignifiant par rapport à l’écriture de Murakami.

C’est le genre de bouquin qui me fait plaindre les gens qui ont décrété qu’ils n’aimaient pas lire ou qu’il n’en avaient jamais le temps. Comment peut-on se priver d’une telle gourmandise? Deux cents pages de pur bonheur.

Voilà un roman où il ne se passe quasiment rien. L’intrigue se résume à un trentenaire qui retrouve une amie d’enfance dont il était amoureux. Pas forcément un sujet fascinant. Je ne pense pas que je l’aurais lu si une amie ne me l’avait offert. Et pourtant, l’écriture pleine de simplicité de Murakami transcende l’intrigue et nous laisse groggy à chaque fin de chapitre.

Je ne connais rien au Jazz et Murakami donne plusieurs clefs pour souligner le parallélisme de son texte avec un air de Jazz. Bien que je ne connaisse rien à ce style musical, j’ai très vite senti un rythme particulier qui me rappelait un vieil air de blues. L’auteur joue des phrase comme un vieux bluesman de sa guitare. Un style à la fois syncopé et mélancolique qui emporte le lecteur dans un tourbillon de sentiments.

C’est également un roman très masculin. Au sens où les doutes, les peurs et les envies du narrateurs sonnent toujours juste. Pour une fois l’homme n’est pas décrit comme une héros (machoire carrée, larges épaule, sûr de lui, …) ou un lâche (épaules tombantes, regard fuyant, chétif, …) mais comme un être humain avec ses forces et ses faiblesses.

Un dernier point plus anecdotique m’a frappé. L’intrigue se déroule au Japon et le texte est écrit par un Japonais mais l’ensemble parait tellement universel qu’à quelques détails près, cela pourrait se passer à Bruxelles ou à Lyon. On est très loin des stéréotypes asiatiques.

Magnifique.

Que ceux qui n’ont pas encore lu ce livre nous quittent pour venir nous en parler après l’avoir lu. Pour les autres, j’aimerais connaître votre sentiment sur la réalité de l’existence de Shimamoto-San. Est-elle la maîtresse retrouvée ou est-elle l’incarnation des regrets et des remords de Hajime? Je n’arrive pas à me décider.

Publicités

Entry filed under: Livres. Tags: , , , .

Le codex – Douglas Preston Antéchrista – Amélie Nothomb

6 commentaires Add your own

  • 1. soma  |  13 mai 2009 à 11:40

    J’ai lu il y a qq mois déjà (2 ans ?) ce roman que j’ai adoré !!!!
    On se laisse complètement emporter dans cette prose sublime… Il y avait un coté poétique tellement doux & agréable.
    Je crois que c’est l’histoire de « regrets », ce sentiment de l’autre vie qu’on aurait pu avoir si… si quoi ? si on avait fait un autre choix ? Mais la vie est ainsi faite… c’est un fil qu’on suit, une route qu’on prend, qu’on choisir à chaque intersection… Un petit rien change tout…

    Réponse
  • 2. jeanlouismunaut  |  13 mai 2009 à 20:39

    Voila une critique et un commentaire qui me donnent bien l’envie d’aller découvrir ce livre … Sans rien en connaitre cela me fait penser au « Désert des Tatares » de Dino Buzzati … une histoire qui ne mène à « rien »…

    Réponse
  • 3. dflasse  |  13 mai 2009 à 21:32

    Je retiens la suggestion et je vous engage à découvrir ce livre. Un petit bonheur.

    Réponse
  • 4. Mayon  |  27 mai 2009 à 22:02

    J’ai dévoré ce livre en 2 jours parce que j’ai été obligé de m’arrêter le premier jour!
    Sublime, l’écriture est bien maniée et Hajime est tellement normal qu’a certains moment je trouvais qu’il me ressemblait.
    d’ailleurs pendant trois jours je me suis posé des questions sur shimamoto-san et le pourquoi ça s’est passé comme ça à la fin.

    Réponse
  • […] } Ce n’est que le deuxième livre de Murakami que je lis (après le fabuleux Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil ) mais ses autres bouquins se trouvent désormais sur ma liste virtuelle de mes prochaines […]

    Réponse
  • 6. Tulisquoi  |  22 juillet 2010 à 18:06

    Je découvre ce blog par celui de Marécages et je suis bien contente de voir l’avis d’un homme sur ce livre !
    Moi aussi je l’ai trouvé magnifique, tant au niveau de l’écriture qu’au niveau de cet homme si proche de ce que chacun peut traverser dans sa vie, la vrai, pas celle des romans !
    Et au final, j’hésite aussi toujours sur le rôle de Shimamoto-San. Je n’arrive pas non plus à me décider. Mais peut-être est-ce mieux ainsi ?

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 9 autres abonnés

Archives

Blog Stats

  • 44,079 hits

Paperblog


%d blogueurs aiment cette page :