H1N1, Principe de précaution et totalitarisme.

14 septembre 2009 at 18:59 4 commentaires


Je vais me faire des amis.

J’en ai plus qu’assez de la psychose entretenue par les médias et les autorités concernant la grippe. On ne doit plus se serrer la main, ne plus se faire la bise. Des flacons de gel désinfectant fleurissent dans les endroits publics. En France (où la psychose atteint des sommets du ridicule), des mesures sont prises pour fermer une école si une classe recense plus de quelques malades.

Juste pour la clarté de l’argumentation, on parle bien d’une grippe. Pas de l’Ebola ni de la peste ou du SIDA. D’une grippe, certes contagieuse, mais ni plus grave ni plus bénigne que les autres. Jusqu’à présent, toutes les études montrent que l’A H1N1 est fort contagieuse, qu’elle a un taux de mortalité comparable à la grippe saisonière et qu’elle ne se conjugue pas avec des souches animales. Il y a donc quelque chose d’inquiètant, à la limite du totalitaire, dans la manière dont les institutions traitent une épidémie somme toute fort banale. Vous trouvez que j’exagère? Pensez aux millions dépensés sans évaluation médicale pour acheter des médicaments sous licence à des firmes phamaceutiques. Songez à la manière dont certains médias enfoncent le clou chaque soir. Songez que la poignée de main est en passe de devenir aussi mal vue que la cigarette. Lorsqu’on induit de nouveaux comportements pour lutter contre une menace imagnaire, je m’inquitète. Un réflexe.

Principe de précaution.

Encore une locution qui m’énerve. Lorsque quelqu’un n’est pas d’accord, lorsqu’un lobby veut faire valoir son opinion, il prononce « Principe de Précaution ». Il n’y a rien à répondre à ça. Le débat est mort, on passe à autre chose. Pour rappel, ce n’est qu’une locution qui sonne très scientifique (c’est un principe voyez-vous) mais qui ne veut absolument rien dire. Il permet de cristalliser une peur pour l’instrumentaliser. Ce n’est pas neuf. Lorsque le train s’est développé à la fin du XIXème siècle, de nombreuses voix (dont des scientifiques) se sont élevées. Le grand physicien Ampère a même écrit qu’un voyageur qui traverserait un tunnel ferroviaire à plus de  50 km/h verrait ses poumons éclater. Dommage pour lui qu’il ne connaissait pas le principe de précaution. On aurait bien ri.

Sérieusement, imaginez qu’au lieu de prendre des sujets qui inquiètent les population à cause de leur légitime ignorance (combien d’entre nous maitrisent des sujets des ondes GSM, les infections virales, la sécurité informatique, etc?), imaginez donc, que des fanatiques religieux brandissent le principe de précaution contre le sexe avant le mariage? Finalement, on ne sait pas si ce n’est pas néfaste pour la santé. On ne sait jamais …

Une dernière chose. La première fois que j’ai entendu parler de ce foutu principe, c’était Le Pen qui voulait qu’on ne puisse faire de transfusion sanguine qu’au sein d’une même famille pour éviter d’attraper le SIDA d’un homosexuel. Il fallait appliquer le principe de précaution. Il pensait sans doute qu’il n’y avait pas d’homosexuel dans sa famille.

J’aimerais qu’on applique le principe de précaution à ceux qui ne sont pas d’accord avec moi.

Publicités

Entry filed under: Humeur. Tags: .

Les identités meurtrières – Amin Maalouf Chats

4 commentaires Add your own

  • 1. brunitou  |  22 octobre 2009 à 07:41

    Le principe de précaution est à géométrie variable; le vrai paramètre est le fric: pas de principe de précaution pour le gsm (ça rapporte trop) vs principe de précaution pour la grippe (ça rapporte de vacciner).

    Réponse
  • 2. Vaccine-toi et marche « Tout peut arriver  |  22 octobre 2009 à 09:34

    […] Belge. Ils mettent en cause la campagne de vaccination. J’avais déjà fait part de mes doutes quant à la nécessité des mesures prises en comparaison avec le risque avéré. Je dois dire que […]

    Réponse
  • 3. Roxanne P  |  12 novembre 2009 à 21:06

    Entièrement d’accord avec toi!!! Bravo pour ton article…. ce fût une très belle inspiration pour mon travail de philosophie !

    Réponse
  • 4. viamax  |  19 avril 2010 à 17:03

    Bis repetita, Il ne faut pas confondre le principe de précaution et le principe de sécurité. Dans le premier cas la grippe H1N1, dans le second le danger est avéré: le volcan est bien en éruption. Naturellement les experts de tout poil s’en donnent à coeur joie, comme à l’habitude dans ce genre d’affaires, on compare le danger potentiel au coût économique qu’il provoque. La grippe, à postériori,compte tenu du coût de la prévoyance le nombre de morts n’a pas été assez important, alors faudra-t-il la chute de quelques avions pour justifier les précautions prises par nos gouvernants et faire taire les dits experts?

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 9 autres abonnés

Archives

Blog Stats

  • 43,865 hits

Paperblog


%d blogueurs aiment cette page :