Posts tagged ‘TV’

Terroriste – John Updike


Un grand livre

Un grand livre

J’ai un peu de mal à parler de ce livre comme d’un roman. John Updike a écrit un essai sur le terrorisme en le travestissant d’une intrigue pour lui donner des airs de roman. A l’aide d’une plume vivace et cultivée,  il retrace l’histoire d’un jeune homme qui accepte une mission suicide pour commettre un attentat à New York.

L’auteur contemple l’Amérique à travers les yeux des protagonistes de son intrigue assez légère mais bâtie sur des fondations extrêmement solides. C’est ainsi que le vieux professeur athée d’origine juive porte un regard nostalgique sur le pays de sa jeunesse ou qu’un jeune homme mi-arabe mi-irlandais s’investi dans sa Foi musulmane comme un jardinier place un tuteur pour que sa plante pousse bien droit. Dans une petite ville dont l’avenir est derrière elle et  dans une Amérique dont les valeurs se limitent au consumérisme et à l’argent, peu d’options sont à la portée de sa jeunesse. Le jeune lycéen en quête d’identité en quête de valeurs se retranche dans la Foi.

John Updike brosse un portrait très sombre d’une Amérique qui aurait perdu ses repères. De longues et passionnantes digressions appuient son propos dans un langue magnifique quoique parfois baroque. Hormis dans les dialogues, Updike ne sait pas faire de phrase de moins de 10 lignes (j’exagère à peine) ce qui donne un texte souvent magnifique sans être pédant mais qui rend aussi la lecture difficile. Ne tentez pas de lire ce bouquin lorsque que vous n’êtes pas complètement concentré ou trop fatigué pour regarder un nanar  à la télévision.

Je n’avais jamais rien lu d’Updike le classant inconsciemment d’une manière totalement arbitraire dans  la catégorie des auteurs intellos pontifiants (à côté de BHL). Je ne saurais trop vous recommander ce livre pour le regard qu’il porte sur notre civilisation. Le trait peut parfois être caricatural mais il est absolument lucide sur le fond.

Publicités

18 août 2009 at 17:08 2 commentaires

Computer says no!


Pour ceux qui ne connaissent pas la formidable série « Little Britain », voici un court extrait de sa déclinaison USA

3 juin 2009 at 10:35 Laisser un commentaire

Doublage


A partir de ce mois d’avril, la RTBF va enfin cesser de doubler les voix des intervenants en néerlandais pour les sous-titrer.  L’anglais et l’allemand suivront dans les mois suivants.

De mon point de vue, c’est une excellente initiative et j’espère qu’il ne s’agit que d’un premier pas dans une démarche plus globale. Je ne vois vraiment pas à qui le doublage bénéficie si ce n’est aux acteurs payés pour le faire, aux paresseux n’aimant pas lire ou aux illettrés. C’est déjà une imposture culturelle de doubler les acteurs. Au delà de la piètre qualité de la post-synchronisation, les nuances du jeu d’acteur passent aussi par la voix.

Dans tous les pays bénéficiant d’un pourcentage important de la population maîtrisant une seconde langue, ce concept est généralisé. Il en va ainsi pour la Scandinavie, les Pays-Bas et … la Flandre. Il ne s’agit pas de considérer les langues étrangères comme des menaces culturelles mais bien comme des outils devenus primordiaux au même titre que ce qu’on appelle les « nouvelles technologies (30 ans tout de même). Si la télévision peut servir à appréhender une autre langue, c’est une bonne chose pour tous (mis à part ceux cités auparavant).

Mon expérience personnelle me pousse à penser que tout doit être entrepris dès le plus jeune âge. La télévision est un moment ludique et un dessin animé est tout aussi agréable en français qu’en anglais. En le regardant en anglais, l’enfant apprend à son insu à entendre des sons différents de sa langue maternelle. Cette ‘oreille’ lui servira à s’adapter plus facilement aux cours de langue qu’il prendra plus tard. Nos enfants n’ont jamais regardé la télévision en français. Ils sont doublements limités dans leur usage de la télé: dans la durée quotidienne et dans les chaines. Toutes sauf les francophones. Notre ainé  a 10 ans et, malgré son vocabulaire anglais très limité, il peut prononcer a peu près correctement l’anglais. Il comprend également des phrases simples. Le seul apprentissage complémentaire à l’écoute passive de la télévision est un cours de une heure hebdomadaire depuis ses 8 ans.

A contrario, j’ai eu l’expérience de jeunes ingénieurs devant défendre leur travail de fin d’étude devant un jury dont je faisais partie. Alors que mes collègues s’étonnaient de la pauvreté de leur documentation, ils nous ont répondu benoitement que toute la documentation était en anglais et qu’il n’avaient pas trouvé grand chose qu’ils comprenaient. Exercer une profession scientifique et ne pas comprendre une publication spécialisée en anglais est plus qu’un problème, c’est un handicap.

27 février 2009 at 13:52 4 commentaires

Télévision


Un faible gazouillis filtre des rares postes  de télé encore branchés sur The Late Show et la lueur bleu-gris des écrans palpite aux fenêtres de certaines maisons. Pour Garp, cette lueur est pareille à un cancer, insidieuse et engourdissante. elle endort le monde entier. Qui sait si la télévision ne provoque pas le cancer, se dit Garp; mais son irritation est en fait une irritation d’écrivain; il sait que partout où luit la télévision, veille quelqu’un qui ne lit pas.

John Irving – Le monde selon Garp

6 décembre 2008 at 15:48 Laisser un commentaire

Les Sopranos


C’est avec un peu de mélancolie que j’ai regardé le dernier épisode de la dernière saison des Sopranos. Pour ceux qui ont la chance de ne pas encore la connaître (et donc le bonheur de la découvrir), c’est une série qui narre l’évolution d’un boss de la mafia du New Jersey qui décide d’aller voir un psy pour soigner ses crises de panique. Je ne sais pas si Mafia Blues (Analyze this) est antérieur ou postérieur (puisque le thème est honteusement proche) mais, de toute manière, ce n’est pas le principal. Ce pitch n’est qu’un prétexte. A travers l’entourage d’Anthony Soprano, c’est toute la société contemporaine qui est dépeinte.

Si la première saison suit de près l’idée de base (boss de la mafia sous prozac), la suite est beaucoup plus profonde. Chaque épisode évoque un thème avec une subtilité fascinante. Cela parle aussi bien des parents angoissés par l’avenir de leurs enfants, de la religion, de l’homosexualité, de la palce de l’homme, de l’amitié, de la confiance, de la place de la femme, de l’addiction au jeu, de la fidélité, etc … La mise en scène, toujours irréprochable, alliées à de tels scénarios et d’acteurs aussi justes font de chaque épisode un condensé d’émotion que peu de films atteignent.

Un vrai bijou à ne pas manquer. Si vous êtes allergiques aux maffieux, essayer d’aller au delà de la première saison.

27 septembre 2008 at 11:16 1 commentaire


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 9 autres abonnés

Archives

Blog Stats

  • 44,160 hits

Paperblog