Posts tagged ‘Médias’

Je ne comprends pas


Cette semaine, on a pu se procurer l’hebdomadaire Télémoustique accompagné de 6 cannettes de bières. Le tout pour 2 euros. Mon libraire m’a dit que l’action avait eu un succès considérable: des gens qui savent  à peine lire se sont précipité pour l’acquérir. On peut saluer un tel effort pour relancer l’alphabétisation.

Dans un autre registre,Nicolas Sarkozy a pris des mesures énergiques pour lutter contre le déclin de l’intérêt des électeurs envers leur représentants politiques. Il a conditionné la taxe carbone à un accord européen. Si vous désirez éviter de faire preuve de courage envers un sujet polémique, posez comme condition que 27 pays aux intérêts divergents se mettent d’accord sur ce même sujet. Même les calendes grecques sont dépassées. Ce qui est étrange, c’est que ce même Nicolas Sarkozy présentait cette réforme comme la plus importante pour la société française depuis l’abolition de la peine de mort. Alors qu’il avait déjà subi un revers sur le sujet lorsque la cour constitutionnelle avait rejeté le projet de loi (pour des raisons d’équité entre les contribuables), il avait annoncé qu' »il n’était pas de ceux qui renoncent à la première difficulté« . Alors que le vote écologiste ne fait que progresser depuis plusieurs élections, j’ai un peu de mal à comprendre comment interpréter la gifle infligée aux quelques électeurs qui croyaient encore que voter avait un sens.

Publicités

30 mars 2010 at 10:41 Laisser un commentaire

Haro sur Henry?


La gestion  du dossier Citta Verde à Farciennes me semble emblématique de deux conceptions fondamentalement différentes de pratiquer la politique (de gérer la cité au sens étymologique).

D’un côté l’ensemble du PS Carolo villipende la décision de Philippe Henry (Ecolo) pour sa décision concernant l’annulation du permis pour le gros projet immobilier à finalité commerciale ‘Citta Verde’ à Farciennes. Le promoteur (privé) du projet a des mots moins durs que Magnette (PS – Carolo) qui a qualifié Henry d’amateur. Le collègue (!) d’Henry Paul Furlan (PS – Carolo) au gouvernement régional  a enjoint les bourgmestres, promoteurs, citoyens à inonder le cabinet Henry de recours.

Je peux comprendre que le promoteur soit énervé. Je peux comprendre que les responsables communaux des environs de Farciennes soient en colère. On vient de leur retirer leur jouet qui pourrait rapporter gros à la commune. J’ai beaucoup plus de mal à comprendre les propos de Magnette et Furlan que j’ai connu plus inspirés.

J’ai mon opinion sur le projet. Sans être docteur en économie, croire qu’on peut créer ex nihilo 1500 emplois dans la distribution me parait hautement illusoire. Allez demander aux commerçants du centre ville à Mons ou à Charleroi (!) ce qu’ils pensent des Grands-prés ou de Ville 2. Le pouvoir d’achat global de la population n’est pas extensible et ce n’est pas créer de nouveaux commerces qui va créer de nouveaux acheteurs. Donc, en gros, on va simplement déplacer l’emploi et les consommateurs à Farciennes. Ce qui, je le répète, est une manne inespérée pour les finances de Farciennes. Le hic, c’est que la déclaration de politique générale (DPR) qui est l’équivalent de l’accord de gouvernement pour la coalition régionale stipule clairement qu’il faut évaluer l’intérêt de tout nouveau projet commercial en terme d’aménagement du territoire. Désertifier les villes où se trouvent les noeuds de communications pour envoyer les emplois et les clients à perpette les bains de pieds (Désolé pour Farcienne mais ce n’est pas précisément une métropole) n’a aucun sens en terme de développement, d’environnement et de sécurité (une ville sans passant devient vite un coupe-gorges).

Cela dit, mon opinion ne compte pas. Henry a été désigné responsable pour l’aménagement du territoire Wallon. Il a rempli son job en suivant à la lettre la DPR dans le cadre de ses compétences (ce que ne fait pas Furlan)

Deux manières de faire de la politique: le clientélisme et le sous-régionalisme du PS contre l’application des règles et la vision à long terme d’Ecolo.

Un dernier mot. Je n’ai plus regardé la télévision depuis jeudi mais le reportage de jeudi sur la RTBF quand le ‘scandale’ a éclaté m’a laissé perplexe. On y voyait Rudy Demotte (PS) qui entrevoyait la possibilité de ‘réétudier’ le dossier (de désavouer la décision de son ministre compétent),  on y entendait le promoteur éructer que le ministre Ecolo était contre la création de 1500 emplois, et on devinait Henry (un grand communicateur) minauder timidement que c’était comme ça. Na.

Cela fait longtemps que je m’insurge contre la dérive de la ligne éditoriale de la RTBF mais ces derniers temps, le tempo semble s’accélérer. On a vu pendant 25 minutes des reportages sans intérêt (et toi mon petit, tu aime bien la neige?) sur la neige qui bloquait la circulation. On a vu des louanges pour Justine Hénin qui a repris le boulot. On a vu des torrents d’émotion à Haïti et à Liège (en quoi la tristesse et le recueillement des familles sont de l’information. La RTBF confond émotion et information). Et, en ce qui concerne Citta Verde, on a vu des déclarations incendiaires sans aucune (!) mise en perspectives des propos tenus par chacun des intervenants.

15 février 2010 at 11:43 1 commentaire

Quand Fabiola, on ne compte pas


Je me demande s’il s’agit de résignation ou d’invraisemblance.

La presse s’est faite l’écho d’une baisse de la dotation accordée à la famille royale de Belgique suite  à la baisse de l’inflation. Ce qui est intéressant, à lire les divers commentaires, c’est qu’une forme de consensus semble se dégager. Je suis partiellement en phase avec lui. On vit dans une démocratie où le Roi a une légitimité légale qui est contestable mais qui est reconnue par une large part de la population. Qu’Albert II et son héritier soient entretenus (je ne trouve pas d’autre mot) par les finances publiques est une chose qu’on peut déplorer mais qu’il faut respecter. Après tout, le trésor public français finance des choses parfois bien discutables et voici plus de deux siècles qu’on n’y parle plus de royalisme (quoique).

On sent glisser l’opinion en ce qui concerne le reste de la fratrie de Philippe. On s’offusque légèrement du yacht d’Albert II mais on se lasse encore plus des frasques de Laurent. Bienvenue au 21ème siècle!

Bref, la participation financière des belges à l’institution royale n’est pas ma tasse de thé mais je la respecte. Comme je respecte le financement d’autres institutions telles que l’Eglise malgré la méfiance qu’elles m’inspirent. Là aussi, un consensus se dégage.

Ce qui me frappe vraiment, c’est que personne ne remette en cause la hauteur des sommes allouées à la veuve du roi Baudouin. 1.462.000 Euros pour l’année 2010 (elle perd 132.000 euros car sa pension est liée à l’inflation qui a été négative). Elle touche 30 fois le salaire brut d’un employé moyen avec pour seule qualification d’avoir été la femme du roi et d’aller écouter les violonistes du concours reine (encore) Elisabeth et la messe du Te Deum (elle revient juste pour ça après un repos de 3 mois en Espagne. C’est ce que j’appelle de l’argent bien dépensé).

Si la presse Flamande tape régulièrement sur Philippe et si tout le monde le fait sur Laurent, je n’ai jamais entendu personne s’étonner qu’une vieille bigote sympathique touche une retraite de plus de 110.000 euros par mois. Ca me laisse pantois.

12 novembre 2009 at 23:00 1 commentaire

Rouche: La couleur de l’argent


Je ne connais rien au foot. Je ne comprends rien à l’extase du supporter. La couleur du maillot du gars qui met le ballon au fond des filet me laisse totalement indifférent.

En fait, c’est plus que de la méconnaissance, de la mécompréhension ou de l’indifférence. C’est de l’ébahissement.

Comment investir autant d’émotions dans ce qui n’est finalement qu’une marque commerciale comme une autre? Des professionels assurent un spectacle et un suspense pour lequel ils sont rétribués. Leur employeur perçoit des bénéfices qui leur permet de développer leur masse salariale afin de recruter des collaborateurs plus efficaces afin de développer les parts de marché.

Reconnaissez que, sous cet angle, il est plus difficile de s’enthousiasmer. Il m’est tout autant impossible de comprendre pourquoi la marque ‘Standard’ fait la une de tous les médias sans devoir écorner son budget marketing. Je me demande ce que penserait le CSA si la RTBF relayait les efforts de Coca Cola (rouge et blanc) pour marquer des points contre Pepsi (bleu).

Que des parents encouragent leurs enfants sur un terrain de sport, c’est naturel. Qu’un amateur de sport apprécie de beaux gestes, c’est une question de goût. Qu’on soutienne une marque, ça me dépasse.

25 mai 2009 at 10:28 Laisser un commentaire

Wallonie-Bruxelles


Il y a un truc qui me gave vraiment pour le moment. Un sondage. Les sondages m’ennuient toujours mais celui-ci est à la limite de l’honnêteté intellectuelle. Il s’agit d’un sondage commandé par le quotidien « Le soir » et la RTBF portant sur le regard croisé que portent les Bruxellois sur les Wallons.

C’est ainsi qu’on nous lance des chiffres sans fondement rationnel. Un extrait:

Que pensent les Wallons des Bruxellois ? Sont-ils prétentieux ou égoïstes ? Seuls, respectivement, 46,1% et 26,3% des 900 personnes sondées par le Centre d’étude de la vie politique de l’ULB confirment ces clichés. Par contre, ils sont 69,5% à les trouver ouverts sur le monde et 67,5% à les considérer sympathiques.

Imaginez qu’un type frappe à votre porte et vous demande si vous trouvez les Wallons/Bruxellois (rayez en fonction de votre lieu de résidence) égoïstes. Ben… mon bon Monsieur. Vous Parlez de Mr Debeukelaer de Hoffalize 5ème qui ne veut jamais prêter sa lampe à souder ou de Mme Wantiez de Molenbeek qui me prête souvent des intentions que je n’ai pas? Poser la question de cette manière implique déjà que:

  1. Les Wallons et les Bruxellois sont différents. Ce qui, pour moi, reste à démontrer. Si on teste des Liégois et des Carolos, bien que présentant tous un profil urbain et wallon, je suis à peu près certain que les résultats seraient différents. Va-t-on organiser un « regards croisés » entre chaque commune du pays?
  2. Les Wallons et les Bruxellois sont deux entités homogènes. Si Mme Wantiez est paresseuse, tous les Bruxellois le sont. La question induit le stéréotype.

Bref, sous le couvert d’un éclairage, on fige les clivages. Ou on les crée. Ce qui est pire.

Pour ma part (le principal bénéfice d’un blog est qu’on peut donner son avis sans qu’on vous l’aie demandé), j’ai beaucoup de mal à considérer le gros village de Namur comme la capitale de ma région. Bruxelles est la seule ville où un francophone belge se sent dans sa capitale.

6 mai 2009 at 18:12 1 commentaire

Le soir se relève


Depuis ce 28 avril, le journal « Le Soir » a effectué un lifting conséquent sur son contenu. Jusqu’alors, les différentes améliorations avaient toujours porté sur la maquette ou la mise en page mise. Le tout mis en lumière à l’aide d’une lourde artillerie publicitaire. Ici, juste un toilettage de la ligne, un amincissement quasi-suspect de l’épaisseur du quotidien, une information discrète sur les changements … et pourtant! Tout porte à croire qu’une révolution éditoriale s’est abattue sur la rédaction du journal vespéral! Diantre! Ils ont enfin compris! Je n’ose trop me réjouir. Bien trop peur qu’il ne s’agisse que d’un effet de la nouveauté. Que les journalistes se lâchent après avoir trop longtemps rongé leur frein. Que la faim d’exercer leur métier les lache une fois leurs meilleurs articles écrits.

Enfin finie la litanie des courts articles reprenant les dépêche Belga et AFP. Enfin abandonnés les tics d’écritures tels que ‘untel flingue le ministre’, ‘unetelle carbonise telle  note’. Enfin de vrais articles qui sont relus et retravaillé pour leur donner de l’épaisseur. Le journal n’a jamais été aussi fin en période pré-électorale et je n’ai jamais mis autant de temps à le lire. Ils ont compris que leur métier a changé. Jusqu’à lundi, je lisais un journal qui m’informait sur ce que je savait déjà pour l’avoir lu sur internet ou entendu à la radio. Ces médias immédiats surpassent tous les autres pour relayer les nouvelles du monde.

C’est dans une relative discrétion que la rédaction se repositionne dans un rôle de profondeur et d’analyse. Sans corporatisme et en laissant aux autres médias le rôle de nous bombarder de news.

Merci et bravo

30 avril 2009 at 18:29 Laisser un commentaire

Comptons les morts


Le 1er avril 2009, trois embarcations ont fait naufrage au large de la Libye en Méditerranée. C’est très loin d’être un poisson d’avril. Plus de 300 disparus. Un drame de l’immigration. Les médias en ont a peine parlé. A ma connaissance, aucun envoyé spécial n’y a été envoyé. Pas un journaliste n’a mené d’enquête pour connaître le nombre exact de victimes, leurs raisons pour s’embarquer, les circonstances du drame, …  Personne n’a soulevé le scandale des passeurs qui profitent de la détresse de ceux qui voient l’espoir sur l’autre rive de la mer.

On objectera que c’était le début du G20 et que l’actualité était plus chaude à Londres qu’en Lybie. Peut-être. Qu’en aurait-il été si un TGV avait fait 300 morts entre Paris et Bordeaux? Ou un tremblement de terre qui aurait fait 300 victimes à l’Aquila?

9 avril 2009 at 09:48 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 9 autres abonnés

Archives

Blog Stats

  • 44,282 hits

Paperblog